Strong Arm Steady & Statik Selektah : « Stereotype » [Album Review]

 

Voilà, un album qui est passé a deux doigts de ne pas être transféré dans ma Bibliothèque iTunes. En effet, il faut bien l’avouer, j’avais plus ou moins complètement zappé la sortie de cet opus «Stereotype». En même temps, on ne peut pas dire que cela soit entièrement de ma faute quand on sait que le producteur Statik Selektah nous a gratifiés de pas moins de trois albums depuis le début de l’année et de six en 2011. Autrement dit depuis deux ans, le DJ du Massachusetts sort un projet tous les deux mois. Ce qui procure chez moi il faut bien l’avouer, une certaine lassitude de l’artiste. Malgré cela, Statik Selektah nous a déjà prouvé dans le passé qu’il pouvait produire de bons albums ( «Well Done» avec Action Bronson ou encore «Straight, No Chaser» avec Reks). Néanmoins en se dispersant ainsi, il ne nous offre pas forcément à chaque fois le meilleur de lui (Review album 2012 de 1992 ) .

Quand aux Strong Arme Steady il s’agit d’un groupe composé de trois MC (Mitchy Slick, Phil Da Agony,Krondon) venuent de la scène undergroud californienne. «Stereotype» est leur quatrième album Studio et deuxième album collaboratif après l’énorme opus «In Search of Stoney Jackson» sorti en 2010 sous la baguette de Madlib. Avec ce nouveau disque, les trois lascars de la côte Ouest sont venu pour s’imposer un peu plus dans le rap jeu qu’il aime tant.

Sur ce «Stereotype», Statik Selektah offre la chance aux  MC de SAS de pouvoir se focus sur le MCing et le moins que l’on puisse dire c’est que les gars envoient. En revanche, on regrettera le manque d’ambition et d’innovation de la part de Statik Selektah. Très rapidement, on oublie que le faiseur de beat est pièce maitresse de l’album et on préférera se concentrer sur le travail fournit par les Strong Arm Steady. Leur verses sont incisif et leur flow toujours propre et maitrisé. J’ai de plus en plus l’impression au fur et à mesure d’écouter les albums de Statik Selectah qu’en fait, ce qui fait la qualité de l’opus réside en vérité sur la performance du rappeur derrière le Mic. À titre d’exemple j’ai bien aimé l’album «Well Done» avec Action Bronson ou  «Straight, No Chaser» avec Reks car sur ces projets ce sont les MC qui tiennent l’album à bout de bras. À l’inverse n’étant pas fan de Terminology, j’ai trouvé les deux albums de 1982 assez décevants. Ce raisonnement m’amène a me poser beaucoup de questions sur le réel potentiel de Statik, qui, j’ai l’impression se complet dans son truc. Genre, je sors plein de trucs pas trop mauvais, des fois pas mal, mais jamais de la haute haute qualité ou un truc bien travaillé sur l’entièreté d’un album. Sur ce «Stereotype» il a de la chance les SAS ont les crocs et se débrouillent plutôt très bien derrière le Mic.

Les trois MC de Strong Arm Steady peuvent aussi compter sur leur collègue du Game. On appréciera la présence de bon artiste venu prêter main-forte au projet avec Chace Infinite, Reks, Dom Kennedy, Planet Asia et même Schoolboy Q et Jay Rock de Black Hippy.

Pour moi cet album reste un bon album rap qui n’est peut être pas un chef d’oeuvre, mais qui a le mérite de respirer Hip Hop et de rester efficace grâce aux trois MC de Los Angeles.

7,5/10

Oddisee : « People Hear What They See » [Album Review]

Quelle difficulté de juger un album objectivement quand on apprécie autant un artiste comme c’est le cas pour moi avec Oddisee. Et comme si la tâche n’était pas déjà assez ardue, il faut que l’album « People Hear What They See » sorte sur mon label préféré du moment, a savoir Mello Music groupe. Cerise sur le gateau l’opus est distribué chez Fats Beats ( Sene , J57 , Koncept …)

 

Donc voilà le premier véritable album solo du rappeur / Producteur Oddisee. Après de nombreuses sorties d’EP, mixtape, freestyle sur internet voilà que le rappeur nous offre une vraie galette.

 

Première piste « Ready to work », le ton est donné. Oddisse se jette dans le bain.

 

 

Pour ce qui est des productions, Oddisse remplit son rôle de faiseur de beat avec un hip-hop saupoudré à la sauce Funk. Un son ultra énergique avec l’omni présence de cuivres, synthés , et autres samples Soul.

Les intrus sont assez légères, mais terriblement efficaces. Des productions puissantes qui à aucun moment ne se complaisent dans la facilité. L’une des grandes forces d’Oddisse sur cet album est justement d’avoir réussi à construire des beats à la fois facile d’écoute, ne demandant pas forcément un auditoire de fin connaisseur (Cf Quasimodo par exemple) sans tomber dans les clichés du Hip Hop Mainstream. Les instrus restent minimalistes et très travaillés. Un régal quoi.

 

Côté flow , ça tient plus que la route. De manière générale Oddisse est souvent catalogué dans la case « producteur ». Mais il nous prouve sur ce « People Hear What They See » qu’il peut aussi tenir un mic. On regrettera juste par moment le fait qu’il veille absolument nous montrer qu’il sait rapper, en augmentant la cadence de son flow. Un choix par forcément judicieux. Et puis pour l’épauler on retrouve ses potes de Diamond District Uptown XO et yU prêt à lui tenir main forte comme sur le morceau « Do It All »

Pour ce qui est des hits de l’album je retiendrai « Do it All » avec son sample Soul et le petit plus apporté par Uptown XO et yU. L’ultra rythmé « Anothers Grind » ou encore le plus ghetto « American Greed »

 

Si je devais émettre une critique, je dirais qu’ Oddisee sur ce « People Hear What They See » ne puise pas assez sur sa pourtant large palette de possibilité. Le producteur peine à se diversifier. Il reste assez cloisonné dans le même style d’intru de la piste 1 à 12, à quelque exception faite ( « Anothers Grind » par exemple). On aurait aimé plus de risque comme il nous l’avait promis sur son Twitte.

Vous l’aurez compris j’ai adoré cet album, un opus à mettre entre toutes les mains. Des puristes aux autres. Pour les 7 à 77 ans

Au jeu des notations, je lui aurai calé un petit

8,5/10

Pour télécharger l’album :

<<Download People hear what they see.rar >>

<<Download People hear what they see.rar >>

En petit bonus Oddisee nous offre son titre   »You Know Who You Are » en acoustique :